ParisSportifsPaiement

Les joueurs en ligne portugais jouent en partie illégalement malgré la bonne forme du marché

01-08-2020

Le marché des jeux d’argent en ligne se porte bien au Portugal. Les opérateurs légaux continuent d’enchaîner les résultats positifs depuis 7 trimestres. Sur la dernière période, ils ont généré 54 millions d’euros. Malgré cette tendance, le secteur illégal continue d’attirer une partie des joueurs. Selon le régulateur, ils seraient encore 56 % à parier sur des plateformes sans licence.

Un marché dynamique

Le régulateur portugais vient de dévoiler ses chiffres pour le troisième trimestre de l’exercice 2019. Le marché continue de croître à une vitesse impressionnante. Les 11 opérateurs ont généré 54 millions d’euros sur la période. Cela correspond à une hausse de 39,1 % par rapport à 2018. Concrètement, les acteurs du secteur ont engrangé 15,2 millions d’euros en plus. Ils signent également leur 7e trimestre consécutif de croissance.

Comme d’habitude, les paris sportifs ont été les plus dynamiques et les plus lucratifs. Ils n’ont cependant pas été aussi dynamiques qu’en 2018. Cette tendance est toutefois normale puisque le précédent exercice a été boosté par la Coupe du Monde de football. Les casinos, de leur côté, ont progressé de 5 millions par rapport au deuxième trimestre et de 20 millions par rapport au troisième trimestre 2018.

Enfin, il faut noter que 149 000 nouveaux joueurs ont rejoint la communauté durant la période. Il s’agit d’un nouveau record. Au premier trimestre 2019, le nombre de nouveaux joueurs était de 125 200. Il est ensuite tombé à 102 200 au deuxième trimestre. Malgré ces chiffres exceptionnels, cependant, le marché portugais continue de faire face à un problème profond, l’offre illégale.

Un marché noir tenace

Le Portugal compte 11 opérateurs légaux sur son marché. Ces derniers rivalisent d’imagination pour séduire les joueurs et les inciter à dépenser sur leur plateforme. Malheureusement, l’offre illégale continue d’attirer une grosse partie des locaux. Selon le régulateur, 56 % des parieurs misent encore sur des sites étrangers de manière régulière. Le phénomène est paradoxal puisque contrairement à d’autres pays comme la France, le secteur légal est complet. Les opérateurs proposent en effet des paris sportifs, du poker et des jeux de casino. Qui plus est, les joueurs qui parient sur des plateformes illégales s’exposent à de grands risques. Ils ne peuvent pas être protégés par la loi en cas d’arnaque ou de vol.