ParisSportifsPaiement

Le bilan satisfaisant de l'ARJEL pour 2018

02-27-2019

Le régulateur français a publié son compte rendu pour l’exercice 2018. Comme il fallait s’y attendre, les paris sportifs ont explosé tous les records grâce à la victoire historique de la France lors de la Coupe du Monde. Les paris hippiques ont également progressé ainsi que le poker.

Tous les verticaux dans le vert

La Coupe du Monde de football a fait beaucoup de bien à l’industrie des jeux d’argent en France. Selon l’Arjel, elle a permis aux opérateurs de booster significativement leurs revenus. Ils affichent une progression de 56 % sur l’exercice 2018. Les mises quant à elles ont atteint le seuil record de 3,9 milliards d’euros. Au total, le secteur a généré plus d’argent que l’ensemble des autres verticaux réunit ce qui constitue un exploit.

L’exercice 2018 a également été marqué par une hausse du chiffre d’affaires du poker. Après de longues années de crise, le secteur a finalement décollé grâce notamment au partage des liquidités avec d’autres marchés. Pour rappel, cette nouvelle disposition offre la possibilité aux joueurs d’affronter leurs homologues italiens, portugais et espagnols sur la même plateforme.

Au total, les opérateurs ont enregistré 4,2 milliards d’euros de mises ce qui correspond à une hausse de 15 % par rapport à 2017. Finalement, l’année 2018 a également été une belle saison pour les paris hippiques. Les joueurs ont misé plus d’un milliard d’euros sur l’exercice. Cela correspond à une hausse importante de 12 % par rapport à 2018.

Fin de la crise

Pour l’Arjel, l’année 2018 a été excellente. Certains observateurs quant à eux estiment qu’il s’agit sans aucun doute de la meilleure période depuis 5 ans. Après une longue traversée du désert marquée notamment par une baisse du poker, le marché semble enfin reprendre le chemin de la croissance.

Malgré tout, l’Arjel pense qu’une fragilité subsiste à savoir le système de taxation. Le régulateur pense en effet que les opérateurs payent trop d’impôts et que cela risque de les limiter dans leur action. D’ailleurs, il convient de noter que ces derniers tentent d’alerter le gouvernement depuis plusieurs années. Enfin, l’Arjel a tenu à nuancer légèrement les résultats de 2018 en insistant sur le fait que les dépenses moyennes des parieurs étaient plus faibles sur cet exercice. Cela indique qu’une partie des paris a été réalisée par des joueurs occasionnels.

Plus d'actualité : En Espagne, les jeux d'argent sont toujours en progression